Catégories
Mes experiences

Comment les maisons d’édition ont-elles fait de moi une romancière indépendante ?

Même quand les portes de l’édition traditionnelle s’entrouvrent, elles demeurent trop étroites…

Mon ami Zéli m’interroge souvent sur mon parcours d’autrice et il n’est pas le seul. Parmi toutes les questions, celle-ci se révèle très fréquente :

Pourquoi l’édition indépendante ?

Vous l’aurez bien compris avec ce titre, l’auto-édition n’était pas mon choix initial, mais soyons clairs, je n’ai aucun grief contre les éditeurs traditionnels.
Comme beaucoup d’auteurs novices et ignorants de toute la palette de solutions alternatives, j’ai voulu suivre le sentier bien tracé de l’édition traditionnelle et comme beaucoup d’entre eux, je me suis heurtée à des portes fermées, certes, mais aussi à des portes entrouvertes que je n’arrivais pas à franchir…

Tout a commencé comme ceci…

Comme vous le savez, l’écriture est une soupape vitale pour moi ! Je vous passe les détails clichés, contexte familial compliqué, enfant et adolescente introvertie, mais qui dissimule un volcan.
La cocotte minute, vous connaissez ? Je suis de cette espèce-là. Mon besoin d’écrire prend tout son sens, n’est-ce pas ?

Bref, si je fais le bilan, je dois comptabiliser une trentaine de récits inachevés — au bas mot ! — et deux tapuscrits en sommeil dans un tiroir. Pendant longtemps, cette passion est demeurée mon plus grand secret… parce qu’étonnamment, les personnes qui nous entourent sont plus facilement réceptives quand il s’agit d’évoquer un vague intérêt pour le football, qu’une passion dévorante pour l’écriture…

Tout a changé à l’âge de 21 ans, lorsque j’ai enfin osé me confier à mon compagnon… Ce fut un moment décisif dans ma petite vie bien rangée. Un grand moment de stress aussi…
Je me suis jetée à l’eau.
J’ai tout révélé… les fichiers cachés sur mon ordinateur, les clés USB, toutes les intrigues avortées à cause de toutes ces idées qui bourgeonnent…
Mon chéri a été parfait. Il a été ce dont j’avais besoin au moment où j’en avais besoin. Il m’a passé un savon à propos de mon système de sauvegarde informatique déplorable (ce sujet peut faire l’objet d’un autre article si vous le souhaitez), et il m’a surtout botté les fesses pour passer aux étapes supérieures, c’est-à-dire achever un roman, trouver au moins un bêta-lecteur et m’élancer sur le chemin de l’édition !

L’édition, cette jungle hostile.

Personnellement, je n’envisageais pas cette étape pour ce tapuscrit, je ne me sentais pas à la hauteur. De plus, il ne correspondait pas vraiment au genre que j’affectionnais et que je souhaitais développer puisqu’il avait été construit pour plaire à ma bêta-lectrice. Cependant, mes fans (se résumant à ma lectrice et mon compagnon) étaient unanimes, je devais tenter ma chance. L’idée de me confronter au regard des professionnels a été l’argument décisif. N’est-ce pas le désir de la plupart des auteurs du dimanche ? Tous ceux qui écrivent sur un coin de table et ne se sentent pas légitimes ?
Alors je l’ai fait.
J’ai cherché pendant des jours les éditeurs susceptibles d’accepter mon ouvrage dans leur catalogue. Le moins que l’on puisse dire, c’est que des offres en tout genre fleurissent partout, une véritable jungle hostile !
Connaissez-vous « Audace : l’annuaire des auteurs cherchant un éditeur » ? Il a été mon livre de chevet pendant des jours ! Des jours à éplucher, décortiquer, analyser pour lister les éditeurs « corrects », par là j’entends ceux proposant des contrats à compte d’éditeur (oui, j’étais jeune et pleine de préjugés comme tant d’autres personnes…).

Toutes mes investigations aboutissaient à la même conclusion, les contrats « à compte d’éditeur » constituaient le Saint-Graal des écrivains tandis que toute autre forme de contrat d’édition était inévitablement une arnaque.
Une fois ma liste établie, j’ai imprimé, relié mon tapuscrit à mes frais, parce qu’à l’époque la plupart des maisons d’édition exigeaient encore des documents papier, et procédé à plusieurs envois postaux, mais aussi par mail.
Et j’ai attendu.
J’ai attendu.
Longtemps.
Puis les lettres sont arrivées. Elles étaient un peu trop légères pour être concluantes. J’ai reçu précisément cinq courriers standards négatifs ne fournissant aucune explication sur les raisons du refus. La majorité des structures que j’ai contactées n’ont pas répondu. Seulement, un jour est arrivée une enveloppe kraft à soufflet d’un éditeur local.
Oui, oui, une grosse enveloppe !
Mes mains tremblaient tellement que je n’arrivais pas à l’ouvrir !
Que contenait-elle ? Le retour d’un comité de lecteurs, pardi ! Une copie double décortiquant mon récit dans les moindres détails. Imaginez mon excitation ! Le courrier joint énumérait les points positifs et soulevait quelques éléments à approfondir.
Enfin, je recevais une véritable expertise de mon travail !

De toutes petites cases…

Cette grosse enveloppe incluait un autre document, un contrat d’édition… à compte d’éditeur. Tous les éléments y étaient inscrits, la cession des droits, la prise en charge des frais d’édition par l’éditeur, la diffusion, la distribution, le pourcentage des droits d’auteur, le nombre d’exemplaires du premier tirage, le nombre d’ouvrages offerts, etc. La proposition était alléchante, vraiment alléchante. Ivre de joie, je me suis longuement entretenue au téléphone avec une personne qui m’a exposé les principales caractéristiques de mon récit en me précisant quelques détails à modifier dans mon intrigue. Finalement, après avoir légèrement tourné autour de pot, cette dame m’a annoncé que mon tapuscrit était beaucoup trop volumineux et donc pas rentable en l’état. Elle m’a expliqué qu’en l’éditant intégralement, un prix de vente à 25 € ne permettrait même pas d’amortir le coût de fabrication et que personne ne dépenserait un tel montant pour s’offrir le roman d’une inconnue…

Dans le domaine de l’édition, nous parlons en nombre de caractères, espaces compris, ou en nombre de mots. Pour vous donner un ordre d’idée, sachez que lorsqu’une maison d’édition accepte des volumes jusqu’à 600 000 ou 700 000 caractères c’est déjà beaucoup. Vous comprenez donc que mon ouvrage de plus d’un million de caractères ne rentrait pas dans les cases…

Je vous avoue que j’étais particulièrement démoralisée à cette annonce. Deux années de travail acharné pour construire mes personnages, tricoter un récit aux multiples péripéties et tout cela pour tout recommencer ? J’ai pourtant essayé. J’ai vraiment essayé de l’adapter. Hélas, il ne suffisait pas de couper le pavé en deux. Je devais remodeler toute la trame pour achever dignement un premier tome tout en conservant un contenu suffisamment consistant pour une suite. J’ai œuvré pendant des semaines avant de comprendre que mon intrigue ne se prêtait pas à une division et encore moins dans le délai imparti.
Je n’ai pas mené cette démarche à terme pour plusieurs raisons, d’une part la condition des 600 000 caractères n’était pas tenable, d’autre part, je dirais que cette offre est arrivée trop tard, presque un an après l’envoi de mon tapuscrit. Je travaillais déjà sur RÉSISTANCE qui correspondait bien mieux au genre que j’affectionnais et avec lequel j’envisageais un projet plus vaste s’étendant sur deux tomes. J’ai préféré me concentrer sur E16 en m’efforçant de me plier à cette norme des 600 000 caractères.

Même quand les portes de l’édition traditionnelle s’entrouvrent, elles demeurent trop étroites…

E16, ce bébé trop imposant…

Malgré cette mise en garde, le récit d’E16 m’a également emportée et lorsque RÉSISTANCE a vu le jour, je me suis trouvée confrontée à la même problématique. Ce bébé pesait plus de 1 200 000 caractères, ce qui équivalait facilement à deux ouvrages…
J’ai de nouveau démantelé mon récit, pour réaliser rapidement qu’un autre découpage n’était pas envisageable. Je projetais déjà une série de deux tomes, qui s’est finalement transformée en trilogie, alors imaginez si j’avais dû diviser chacun de ces trois ouvrages ?
Pendant quelque temps, j’ai mal vécu cette situation ponctuée de doutes, aux prises une fois de plus avec ce satané syndrome de l’imposteur. Cependant, je voulais y croire, Hava, Tristan et Kyra méritaient que je me batte pour eux.
Qu’auriez-vous fait à ma place après deux années de travail acharné et l’envie irrésistible d’être lue et critiquée ?
Auriez-vous soumis votre ouvrage aux éditeurs traditionnels par acquit de conscience sans aucun espoir d’une réponse favorable ?
J’ai suivi une voie différente. J’ai commencé à fouiner et à distinguer des chemins parallèles. Ils étaient cachés, envahis par les broussailles et surtout sujets à controverse, mais j’ai pu constater qu’ils menaient bien à la même destination que le grand et beau sentier. J’y ai vu là une opportunité alternative pour présenter mes gros bébés à leurs parents d’adoption.

De multiples casquettes…

Auto-édition oui, mais pas n’importe comment. Au fil des années, j’ai apprivoisé ce système et appris les ficelles des différents métiers qui font tourner cette grosse machine qu’est le monde de l’édition. Aujourd’hui, je porte plusieurs casquettes, je suis autrice, j’effectue une première relecture/correction et j’analyse également le fichier final après la mise en page, juste avant l’envoi à l’impression.
Je suis l’inspectrice des travaux finis.

Mais je ne travaille pas seule…

Mon compagnon, grâce à son métier de chef de projets, a naturellement pris en charge tout l’aspect informatique. D’ailleurs, je le remercie pour ce site superbe. Il a également développé plusieurs programmes pour automatiser la phase de mise en page d’ordinaire très laborieuse.

Je suis aussi entourée d’un graphiste qui a élaboré les couvertures d’E16 et donne vie aux articles du journal d’un habile coup de crayon.

Je fais aussi appel à une équipe de trois personnes qui portent leur regard affûté sur mes écrits pour en chasser les coquilles et tout élément susceptible de vous importuner pendant votre lecture.

De mon côté, je travaille toujours pour optimiser ma méthode et écourter mes récits, je pense être sur la bonne voie et je ne désespère pas de me rapprocher des « normes » établies par le strict milieu de l’édition. Cependant, en attendant, dans ma situation, et tant que je n’ai pas complètement réglé mon problème de « volume », l’option de l’édition numérique et de l’impression à la demande reste la plus adaptée à mon profil. De plus, elle ouvre bien d’autres perspectives intéressantes, par exemple l’édition audio…

Mon petit Zéli s’inquiète… Il pense achever prochainement son manuscrit et commence à rêver d’édition, seulement de telles restrictions le préoccupent. Il aimerait approfondir le sujet des modes d’éditions. Vous aussi ? Super ! Dans ce cas, nous aborderons cette thématique dans les prochains articles.

Abonnez-vous pour les découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *